24 septembre 2016

Bulle et Bob se déguisent

Bulle et bob se déguisent

 

Revoilà Bulle et Bob, les deux frère et soeur pétillants dont les petits moments du quotidien se déclinent en histoires et petites chansons. Contées et chantées par la voix malicieuse de Nathalie Tual, ces petites tranches de vie de dessinent sous les pinceaux merveilleux d'Ilya Green.

Dans ce nouvel opus, Bulle et Bob débarquent chez Mamie Miette, « pour quatre jours et trois dodos ». C'est l'enthousiasme du début de vacances et des retrouvailles avec un lieu qu'on aime et qu'on connaît bien.

Sitôt arrivés, Bulle et Bob montent au grenier. C'est leur terrain de jeux secret, leur caverne d'Ali Baba. On peut y construire une cabane, fouiller dans la grande malle à vêtements pour se faire des déguisements. Et surtout, on y est seuls et libre, loin des adultes. Passée la première page, on n'aperçoit plus Mamie Miette qu'une fois, de loin, toute petite dans le jardin.

« Venez jouer dehors ! Il fait tellement beau ! » Qu'importe ? Qui peut bien se soucier de la météo quand on est dans un autre monde, d'imaginaire et de jeu ? C'est tout un voyage, dans le secret de ce grenier. Les vêtements et étoffes dont la malle déborde étalent leurs imprimés colorés et somptueux au fil des pages.

Les chansonnettes s'imbriquent dans le récit, lui insufflant rythme, joie ou nostalgie. Chaque histoire mettant en avant un nouvel instrument, c'est le tuba qui est à l'honneur dans ce volume. Les petites histoires en chansons de Bulle et Bob sont un petit délice de couleurs et de fraîcheur, un petit concentré d'enfance plein de poésie. Encore une fois, la collection Polichinelle de chez Didier Jeunesse nous réjouit.

 

Bulle et bob

 

 

Bulle et Bob se déguisent, Natalie Tual, Gilles Beloin et Ilya Green.

Didier Jeunesse. 2016.

Posté par indienagawika à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


15 septembre 2016

Björn - Six histoires d'ours

Bjorn

 

Björn n'est pas un joueur de tennis, ni un nouveau modèle de canapé Ikéa (quoiqu'il est question d'un canapé). Björn est un ours.

Il a cette finesse des âmes simples, ce génie involontaire et presque maladroit, qui le rendent un peu poète.

On adore Björn. Et ça tombe bien, car quand l'histoire est finie, il y en a encore ! Ce n'est pas d'une, ni de deux, ni de trois, mais de six histoires d'ours que nous régale Delphine Perret (l'autrice de Bigoudi) !

En six savoureuses petites tranches de vie qui s'apparentent presque à des fables, Björn et ses amis de la forêt, la mésange, le renard, l'écureuil, le hibou, le lièvre et le blaireau nous invitent à savourer les petits moments de l'existence. Les jours où il se passe des choses, et ceux où il ne se passe rien du tout.

 

Trait minimaliste noir sur vert tendre que seule la couleur du papier cherche à rehausser, Björn est un petit bijou de poésie, dans son écrin ensoleillé. Cette épure, à l'image de l'histoire intitulée « Rien » est au diapason de l'album.

 

A travers ces histoires de petits rien, la légèreté du propos n'exclue pas une vraie profondeur. Avec une grâce désinvolte, Björn défend une certaine idée de la sobriété heureuse, et on est conquis par cette philosophie qui ne laisse pas de nous faire réfléchir à notre tour sur la vie.

Une pépite d'album. Björn est déjà devenu un ami, il ne quittera pas la table de chevet de si tôt. On adore !

 

Björn – Six histoires d'ours, Delphine Perret.

Les fourmis rouges, 2016.

Posté par indienagawika à 07:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 septembre 2016

Un bébé à livrer

Un bébé à livrer

Vous aviez aimé Le Grand Méchant Renard ? Vous vous étiez attaché à ses compagnons mollassons du ciboulot ? Vous mourez d'envie de partir avec eux dans d'autres aventures rocambolesques ? Retrouvez les dans Un bébé à livrer  !

Quatre ans avant Le Grand Méchant Renard, c'est l'arrivée d'un bébé chez son frère qui a inspiré à Benjamin Renner cette BD désopilante.

Compère canard et l'ami lapin se voient confier un bébé par une cigogne accidentée, incapable de voler. Leur tendance naturelle à la flemme manque d'expérience face à un nouveau-né leur causant quelque inquiétude, ils décident courageusement de refiler le bébé – c'est le cas de le dire- à leur pote le cochon. Ce dernier fait preuve d'un sens du devoir plus exacerbé, mais faudrait voir à pas le prendre pour un jambon, pas question de se retrouver tout seul !

Voilà donc l'équipée de bras cassés au complet en route pour Avignon (l'adresse de livraison). Connaissant le courage, la ténacité, l'astuce et la débrouillardise de ce trio pas très dégourdi du bulbe, la mission ne se passe pas sans quelques péripéties grand-guignolesques.

On retrouve le trait drôlatique de Benjamin Renner, son sens aigu du gag, le burlesque de son scénario délirant.

Confortablement installée dans la médiathèque climatisée un jour de canicule cet été pour le bouquiner, j'ai fini par devoir rentrer chez moi poursuivre la lecture, embarrassée de m'esclaffer bruyamment à chaque page !

Du rire en barre : un remède idéal contre la morosité !

 

Bébé-à-livrer

 

Un bébé à livrer, Benjamin Renner.

Vraoum. 2011

Posté par indienagawika à 09:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

08 septembre 2016

Message important

Message important

 

« Wou ! Wou ! » ça commence avec un chien, qui court à travers la ville après une ambulance « pin pon pin pon pin pon !». Plan d'ensemble, onomatopées intégrées à la planche comme dans une BD. Le chien appelle son maître qui est à l'intérieur et poursuit le véhicule qui fonce à l'hôpital, mais les grilles se ferment devant lui. « Wouh ! Wouh ! », appelle le chien désespérément.

« Miaaouu ! » rouspète un chat réveillé dans sa sieste. Le chien lui demande de transmettre son message, le chat coopère, mais se retrouve devant un mur trop haut pour lui . Il fait alors passer le message à une petite souris, et ainsi de suite...

Dans cette histoire en chaîne qui devient délirante, les onomatopées se substituent progressivement au dialogue comme un téléphone arabe animal.

Des couleurs vives qui claquent, des onomatopées, du bruit et de l'action : il y a dans ces illustrations à l'encre et à la gouache une touche très comics américains des années 50, qui confèrent à l'album une esthétique à la fois rétro et incroyablement énergique.

Avec son dénouement aussi cocasse que réjouissant, Message important est une histoire délicieusement délirante, et un régal à lire à voix haute, ça va sans dire !

 

 A lire aussi chez Chlop.

Message-important-1-482x500

 

 

Message important, Gabriel Gay

L'école des loisirs. 2016.

Posté par indienagawika à 07:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 septembre 2016

Le doudou de la directrice

le doudou de la directrice

 

Il est à l'école un personnage particulièrement charismatique : c'est la directrice. Elle est superbe. Quand elle parle, les gens écoutent. Quand elle rigole, les gens rigolent. Son autorité naturelle semble rayonner autour d'elle, sa confiance semble envelopper la cour de récréation entière, et elle ne se départit jamais de son flegme. Vraiment, elle est trop forte.

Mais comment fait-elle ?

Son secret, le titre vous l'avait dévoilé : la coquine a un doudou ! Mais si !

(regard incrédule et amusé du papoose à qui je lis). Preuve en image à l'appui, on le voit désormais sur toutes les pages (et du coup, on a envie de revenir en arrière pour vérifier) Hahaha !

Mais va-t-elle réussir à dissimuler sa botte secrète ? La dame de la cantine ne va-telle pas la démasquer ? Incroyable. Le doudou passe totalement inaperçu partout ... Sauf aux yeux du petit lecteur ravi.

Et puis un jour, caché dans le tiroir pendant un entretien avec des parents, le Doudou est repéré par une petite fille aux yeux avertis. Voilà qu'elle le prend. Voilà qu'elle ne veut plus le lâcher. Mais comment va s'en sortir la directrice..?

 

Mais avec flegme, pardi.

 

Délicieux petit album hilarant, dans lequel on retrouve l'humour et le ton du « papa » de Tétine Man (on est fan!). Les illustrations, signées Maurèen Poignonec sont tout simplement parfaites : légères, drôles et tendres, remplaçant le texte avec brio (Avec une mention spéciale pour les dessins de cours de récréation… et la tordante dernière page!)

Rythmé, frais et malicieux, c'est un album qu'on a envie d'offrir à tour de bras à tous les enfants (et à toutes les directrices) qui ont un doudou.

 

le doudou de la directrice récré

 

Le Doudou de la directrice, Christophe Nicolas et Maurèen Poignonec

Didier Jeunesse, 2016.

Posté par indienagawika à 08:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


01 septembre 2016

Un pas puis mille

 

Un pas puis mille

 

 

Derrière son sourire, personne ne voit tout de suite que le petit garçon qui part a le cœur gonflé de colère.

« J'ai d'abord fait un pas. Ils ont cru que je devenais fou.

Je ne suis pas fou. Je pars. C'est tout ».

Il doit y avoir quelque chose de rassérénant et prometteur à claquer la porte et à partir, comme ça. Surtout quand les autres n'y croient pas.

Il fait froid (on est au Canada). C'est dur, parce que quand on pleure, les larmes se transforment en petits glaçons. L'enfant a fait un pas, puis mille, dans la nature hostile mais si belle de ce pays. Il affronte la faim, le froid, les bruits de la nuit, tout ça, tout ça. Son départ est un cri de rage, il ne reviendra pas. (c'est ce qu'il dit, en tout cas)

Seul dans les grands espaces, on a le temps de réfléchir.

« POURQUOI

c'est les parents qui décident ? »

Épatant album, aux couleurs vives et au verbe franc, qui avec justesse met des mots sur la rage d'un enfant, et nous porte vers l'aventure avec élan libérateur.

Entièrement narrée par l'enfant, l'histoire est infiniment riche. A travers le peu de mots, juste bien choisis, c'est tout un déferlement d'émotions et de réflexion, le récit d'une épreuve surmontée, d'une aventure dont on sort grandi et changé. L'imaginaire y a la part belle et les superbes illustrations très graphiques de Julien Castanié et l'éclat de leurs belles couleurs subliment la nature canadienne et habillent remarquablement le texte. On s'y replonge avec un bonheur renouvelé à chaque lecture.

Un très bel album vibrant d'une furieuse envie de liberté.

 

un pas puis mille2

 

Un pas puis mille, Séverine Vidal et Julien Castanié

La Pastèque. 2016

Posté par indienagawika à 06:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

27 août 2016

La vie de Smisse - Jours d'école

la vie de smisse

 

En voilà un drôle de petit bonhomme espiègle et attachant, avec ses pommettes roses, et son doudou singe. Derrière son prénom improbable, Smisse est un parfait petit garçon de 3 ans. Qui rit, qui pleure, qui crie, qui joue, et qui ne comprend pas pourquoi il faut attendre la rentrée pour aller à l'école.

Et puis quand c'est enfin le jour de la rentrée. Il hésite. « Il est toujours d'accord pour aller à l'école, mais plutôt demain

Le ton est donné, vous ne serez pas déçu de la suite.

Dans la journée de Smisse, il y se passe des tas de choses, des drôles, des étonnantes, des très énervantes. Mauvaise foi enfantine incluse.

L'utilisation du discours indirect libre dans la narration nous transporte dans le monde de Smisse, cette bulle d'enfance où les désirs sont impérieux, les frustrations insurmontables l'imaginaire pétillant. On pense aussi, de part ce procédé, à l'impayable Emile, dont Smisse pourrait être un petit cousin bouillonnant.

Isabelle de Chavigny est professeure des écoles, et on ne doute pas un instant de l'authenticité de bien des situations totalement délirantes, qui sonnent si juste à travers les mots de Smisse. Ces petites chroniques de l'école maternelle sont illustrées par Marie Caudry, qui épure ici son trait, vitaminé par une palette de couleurs vives sur fond blanc. On se régale de la marge espiègle entre le texte et l'image, qui en dit toujours beaucoup plus !

Jours d'école est le premier opus truculent d'une nouvelle série prometteuse. Un 2ème album est annoncé pour 2017, et on s'en réjouit !

 

la vie de smisse illustration

 

La vie de Smisse- Jours d'école, Isabelle de Chavigny, Ivan Grinberg et Marie Caudry

Seuil Jeunesse. 2016.

Posté par indienagawika à 09:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 août 2016

Si tu ne ranges pas ta chambre...

Si-tu-ne-ranges-pas-ta-chambre

 

Avec des si... il paraît qu'on pourrait mettre Paris en bouteille, les mammouths à la danse classique, des montagnes de jouets alignés sur des étagères.

Après Si tu ne manges pas ta soupe..., Ingrid Chabbert et Séverine Duchesne se lancent dans Si tu ne ranges pas ta chambre...

« Louis, va ranger ta chambre », commence la mère. La voilà, la petite phrase qu'on ne veut pas entendre, la rengaine qui ouvre les hostilités. Au palmarès des corvées pénibles auquelles sont acculés les enfants, après « Mange ta soupe », il y a « Range ta chambre ». Louis n'a pas envie, et ne se prive pas de le dire, sans même lever un nez de son château de cartes.

« Si tu ne ranges pas ta chambre, tu ne retrouveras plus ton lit », imagine sa mère, prête à inventer toutes les catastrophes imaginables afin de susciter une réaction du morveux. Mais Louis est un sale gosse, non content d'être désordonné et désobéissant, le bougre se plaît à jouer les insolents. Il semble avoir réponse à tout. A tout ? Peut être pas...

Avec un texte court et entièrement dialogué, joute verbale qui oppose la maman et son fiston, Ingrid Chabbert signe un récit malicieux et réussi. On salue aussi la qualité des illustrations de Séverine Duchesne, parfaitement complémentaires du texte, juste et jamais trop bavard. La douceur des traits, la chaleur des couleurs et l'espièglerie des détails et expressions apportent beaucoup au plaisir de lecture. Le duo confirme sa complicité et son talent dans ce petit album enlevé.

Lire aussi la chronique de Chlop.

 

Si tu ne ranges pas ta chambre..., Ingrid Chabbert et Séverine Duchesne

Frimousse. 2016.

Posté par indienagawika à 09:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 août 2016

Nos grandes vacances (sous une petite tente)

nos-grandes-vacances-sous-une-petite-tente

 

Aaah... les vacances sous la tente ! Les préparatifs élaborés, le chargement hasardeux de la voiture, les oublis de dernière minute, le trajet interminable... et puis enfin la mer, immense et bleue, l'odeur des pins, les retrouvailles avec les copains, le feu de bois sur la plage. Un parfum de liberté.

Cet album tendre et enjoué nous fait vivre ou revivre les joies du camping, ses galères et ses plaisirs, les rituels de vacances en famille, leurs petits aléas et leurs grandes joies.

On emboite volontiers le pas à Tim et sa famille, pour vivre à leurs côtés le temps d'un été au rythme de leurs vacances à l'océan.

Dans cet album plein de peps qui ne boude pas la BD, on plonge dans de savoureuses chroniques du camping, qui ont un singulier parfum d'enfance. Je savoure avec plaisir des souvenirs chers à mon cœur de pêche à l 'épuisette et de nuits d'étoiles filantes.

C'est toujours avec tendresse et un sens de la dérision que Philip Waechter croque les mille détails de la vie de campeur. Les voisins ultras-équipés, le rouleau de papier toilette, le fil trop court pour étendre tout le linge...

Le trait est léger, plein de gaîté, le texte truculent, rendu particulièrement vivant par l'utilisation des bulles.

Un hymne jubilatoire aux souvenirs d'enfance, aux vacances en famille et au camping, évidemment. Un indispensable sous la tente, entre la glacière et le sac de couchage.

 

grandesvacances_milan_08juin2016

 

Nos grandes vacances (sous une petite tente), Philip Waechter

Milan. 2016.

Posté par indienagawika à 08:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 août 2016

Le Chevalier de Ventre-à-Terre

le chevalier de ventre a terre

 

Au premier chant du coq, le chevalier de Ventre-à-terre ouvre un œil et s'exclame : « Pas une minute à perdre ! Pas une minute à perdre ! ».

Branle-bas de combat, c'est la trépidante vie de chevalier. Ni une, ni deux (ni trois, ni quatre), il se prépare en vitesse (réduite), règle quelques affaires pressantes (en prenant le temps), enchaîne les préparatifs en vitesse (mais sans précipitation), et se rue au combat. Car l'heure est grave : c'est le carré de fraisier qui est en jeu, envahi par l'armée de son ennemi juré le chevalier de Corne-Molle.

Nommer un rampant « Chevalier de Ventre-à-terre », il fallait bien sûr y penser. Gilles Bachelet le facétieux (Mon chat le plus bête du monde, Le singe à Buffon, Les Coulisses du livre jeunesse) tape encore dans le mille et semble comme toujours s'amuser beaucoup. Quant à nous, on se tient les côtes en suivant les péripéties de cet attachant gastéropode en armure. Il faut dire que s'il n'est pas exactement le foudre de guerre que le ton épique du récit pourrait laisser penser, le bougre ne manque pas de panache. Ni de savoir-vivre. Un chevalier qui honore avec tant de flegme et de perfectionnisme l'art de la guerre comme ses obligations paternelles et conjugales, je vous le dis, ça ne se trouve pas à chaque coin de livre.

Les riches illustrations ne dérogent pas aux traditions Bacheletiennes : il y a du soin, du détail, des clins d'oeil astucieux et un second degré tout simplement savoureux. Les références aussi inattendues que bien trouvées réjouissent les papooses qui au fil des lectures remarquent de nouveaux détails et exultent d'accéder à l'intertexte-- ou à « l'inter-illustration » en l'occurrence.

Et il y en a encore plus pour les grands ! (By the way, rassurez-vous, les éléphants chers à l'auteur ne sont pas en reste !)

Excellent, tordant, palpitant, réjouissant : Une délicieuse lecture à prescrire comme un remontant, à lire et relire sans modération, voire à ériger en art de vivre, tant on adore ce récit... jusque dans sa moralité !

 

le chevalier peripeties

 

 

Le Chevalier de Ventre-à-Terre, Gilles Bachelet.

Seuil Jeunesse. 2014.

Posté par indienagawika à 22:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,