07 avril 2013

Ernest et Célestine : la Genèse

livresse

C'est sur le blog de Peu importe le flacon, pourvu qu'on ait LIVREsse que je suis retombée avec stupéfaction sur cette illustration (que j'avais presque oubliée) et qui m'a rappelée une foule de sensations. Cette chère Martine … (loin des tâches ménagères, ouf !) Quoiqu'on puisse penser d'elle et de son quotidien gentiment tarte (mais c'est quand même pas de sa faute si elle est née fille dans la société patriarcale des années 50), elle fait partie du ciment d'une culture commune des livres pour enfants. Alors elle méritait bien un petit hommage.

Encore aujourd'hui, ce dessin m'évoque toute l'allégresse et la légèreté des débuts d'été, quand le ciel est bleu, les cerises mûres et les vacances pas très loin... Les branchages du cerisier sur l'azur du ciel, la luminosité, et ce parfum d'insouciance : cette illustration résume à elle seule l'été tel que je le revois dans mon enfance. Mais bon dieu, c'était quand la dernière fois que j'ai grimpé sur un cerisier ...?

Et Céline, l'hôte de ce blog propose ce sympathique challenge vintage dans lequel je me lance avec plaisir.

 

Je commencerai donc avec mes deux chouchous qui ne prennent pas une ride : Ernest et Célestine.

musiciens

Ernest et Célestine Musiciens des Rues est paru en 1981 chez Duculot.

L'histoire commence dans le grenier, dans lequel il pleut par une fuite du toit. Comme toujours dans leur maison, l'ambiance est chaleureuse malgré ce manque de confort. Au milieu du joyeux désordre qui règne dans le grenier, Célestine retrouve le violon d'Ernest. Il n'en a pas joué depuis une éternité, et pourtant, dés les premières notes, Célestine est enchantée. Les voilà partis en représentation dans la rue, dans l'espoir de récolter quelques fonds pour réparer le toit de leur grenier. Mais pas un sou. De retour à la maison, Ernest est désespéré. C'est décidé, la musique c'est fini pour lui. Mais Célestine a une idée...

Comme toujours chez Ernest et Célestine, la tendresse l'emporte sur le malheur, et la joie d'être ensemble et de se faire plaisir l'un à l'autre est bien plus importante que les soucis matériels. Ernest et Célestine sont pauvres, mais ils sont loin d'être avares. A tous les deux, ils forment une famille dans tout ce qu'il y a de plus uni et de plus tendre, et on aimerait souvent se joindre à eux.

La délicatesse des illustrations de Gabrielle Vincent est un plaisir dont on ne se lasse pas.

Si vous avez ce trésor au fond de vos tiroirs, ne le laissez pas prendre la poussière plus longtemps...

Ernest-Celestine1

Ernest et Célestine, Musiciens des Rues, Gabrielle Vincent

Posté par indienagawika à 15:11 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Ernest et Célestine : la Genèse

  • J'avais aussi ce livre de Martine, hérité de ma mère très certainement, et je rêvais d'avoir la même robe qu'elle (et peut être aussi un gentil cousin avec un chapeau de cowboy) ! Tiens, cette histoire m'en rappelle une autre, beaucoup moins vieille France, le titre m'échappe, il s'agissait d'un grand tilleul qui devait être abattu jusqu'à ce qu'on découvre un essaim d'abeille logé en son sein...ça ne te dit rien ? Dans mon souvenir, il y avait de belles illustrations aux tons pastels. La bise

    Posté par Cécile, 07 avril 2013 à 17:49 | | Répondre
  • Mais si ! cette histoire d'essaim d'abeilles me dit aussi quelquechose... mais alors le titre ??? (Arrrgggh ! je ne vais pas en dormir... il faut que je retrouve cet album, je n'en ai qu'un très vague souvenir)

    Posté par indienagawika, 07 avril 2013 à 20:42 | | Répondre
  • Merci pour ton billet de lancement ainsi que ton second album vintage Je partage le tout
    A bientôt...
    P.S. : AH!!! Ca me dit aussi quelque chose cette histoire d'abeilles !!!!

    Posté par Céline, 07 avril 2013 à 22:27 | | Répondre
  • Ben moi, cette histoire d'abeille ne me dit rien...
    Mais cet article me donne envie de me replonger dans les album d'Ernest et Célestine. Une bonne idée ce chanlenge vintage

    Posté par Bidib, 02 mai 2013 à 12:26 | | Répondre
  • ah, Ernest et Celestine... Je les adore. J'ai mis très longtemps à travailler avec ces albums, parce que la structure dialoguée rend la lecture à voix haute compliquée. J'ai acheté la naissance de Célestine pour ma fille et j'ai finalement eu tant de plaisir à partager cette histoire avec elle que j'ai finit par en acheter aussi pour le boulot, il faut se les mettre en bouche mais quel plaisir de les partager avec des enfants qui découvrent cet univers tendre et touchant.

    Posté par chlop, 17 mai 2013 à 23:51 | | Répondre
Nouveau commentaire