13 novembre 2013

Les trois petits cochons : version classique !

J'étais à la recherche des Fables de La Fontaine illustrées par Benjamin Rabier quand suis tombée sur plusieurs livres de la collection Cadet Rousselle, chez Lauglaude. Cette collection publie « les chefs-d'oeuvre illustrés de la littérature enfantine du temps passé », dont notamment plusieurs histoires d'animaux illustrées par Benjamin Rabier. Juste à côté, la belle couverture des Trois Petits Cochons, illustré par Leslie Brooke :

 

les trois petits cochons

 

Un beau papier crème épais, superbes illustrations qui n'ont rien perdu de leur éclat, texte aéré imprimé assez gros : un bonheur à feuilleter.*

J'ai un petit faible pour les belles illustrations désuètes, je n'y peux rien, c'est mon petit côté nostalgique... et j'ai craqué sur cet album. J'ai découvert en le lisant à mes papooses que je ne connaissais pas cette version ancienne du conte.

Premièrement, les deux premiers cochons, qui ont cédé à la facilité en construisant vite-fait leur maison de paille et de brindilles, se font dévorer, les malheureux ! (le papoose n'a même pas tiqué)

Ensuite, après avoir soufflé en vain sur la maison de briques du troisième petit cochon, le loup tente d'avoir le cochon par la ruse et l'invite le lendemain dans un champ de navets pour une cueillette. Le cochon déjoue son méchant plan, qui se répète avec une invitation à aller cueillir des pommes sur un pommier, et enfin à se retrouver à la foire. Le petit cochon est toujours le plus rusé, et quand dépité, le loup finit par s'engouffrer dans la cheminer, il se fait ébouillanter et dévorer à son tour. (Dans la version que je lisais enfant, il se brûlait juste le bout de la queue avant de déguerpir sans demander son reste !)

Il est vrai qu'on prenait moins de pincettes au temps jadis, et on pouvait même zigouiller les loups sans scrupules et sans avoir à faire au WWF et aux ligues écologistes. Mais j'ignorais que le loup avait aussi essayé de piéger le petit cochon à l'extérieur de chez lui.

 

les trois petits cochons pommier

On retrouve dans cette version ancienne les traits de la tradition orale : La répétition des situations, la répétitions de certaines formules comme des rengaines « Non, non, par les poils de mes quatre petits pieds », ce qui le rend très attrayant et prenant à lire à voix haute à plusieurs enfants, qui prendront plaisir à anticiper et se réjouiront d'entendre les phrases très musicales se répéter.

Quant aux illustrations de Leslie Brooke, elles ont à la fois la saveur des dessins d'antan, soignés et harmonieux, avec un sens encyclopédique du détail, et une fraicheur très moderne et insolente, avec ses cochons humanisé, telle la dernière image un brin provocante où le cochon repu trône sur son fauteuil d'un air pépère, un tapis en peau de loup à ses pieds et les portraits de ses deux defunts frères sur le manteau de la cheminée...

 

(*le hic, c'est que c'est imprimé en Chine... oui, sur le coup je n'ai pas fait attention...)

 

Les trois Petits cochons, illustré par Leslie L. Brooke

Langlaude, 2012

Posté par indienagawika à 22:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Commentaires sur Les trois petits cochons : version classique !

Nouveau commentaire