15 février 2015

Le goût du chlore

le gout du chlore

 

Le goût du chlore, son odeur, les dégradés aquatiques de bleu, la résonance diffuse des voix entre les carreaux mouillés... la lecture de cet album est une expérience sensorielle.

Contraint par son kiné d'aller nager pour remédier à ses problèmes de dos, un jeune homme s'immerge chaque mercredi dans les eaux chlorées municipales. Une expérience solitaire et silencieuse, comme le sont souvent les sessions de natation. Enchainant laborieusement quelques longueurs, observant les corps qui glissent autour de lui.

L'un de ces corps aura bientôt aussi un visage et une voix. Et un sourire magnifique. C'est l'histoire d'une rencontre, en pointillé, le mercredi soir, quelques mots entre deux longueurs. Un lien fragile qui se noue, et qui ne tient qu'à ce rendez-vous implicite. Et puis l'attente, l'absence...

On n'en saura guère plus au fil de la lecture sur les protagonistes, qui gardent tout leur mystère. Pudique, Le goût du chlore est peu bavard. Construit en ellipses, c'est un huis-clos ouaté dans une belle piscine municipale, qui pourrait être celle de Pontoise à Paris : grandes verrières et vestiaires en petites cabines sur des balcons.

Du bleu, du bleu, du vert bleuté, et la fluidité de ces lignes, on est subjugué par l'esthétique du graphisme. J'ai beaucoup apprécié également cette épure, dans les images comme dans le texte : La sobriété et la beauté des tons verts-bleus. Les silences, les regards, les non dits.

Coup de coeur pour ce beau songe liquide à la fin en suspens...

le gout du chlore rencontre

gout du chlore vue piscine

 

 

Le goût du chlore, Bastien Vivès

Casterman, 2008

Posté par indienagawika à 07:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Le goût du chlore

  • Tu en parles si bien que tu me donnes envie de m'y replonger

    Posté par ada, 13 février 2016 à 16:07 | | Répondre
Nouveau commentaire