21 juin 2015

Au fond des bois

au fond des bois

Il y a des albums à première vue déroutants. C'est le cas de celui-ci, marmite noire avec un fond d'eau de vaisselle photographiée de dessus, sur fond blanc. On serait presque chez Tana Hoban, cette photographe qui a réalisé de très beaux imagiers pour la toute petite enfance, si ce n'était le titre « Au fond des bois » complètement inattendu, irréel. A bien y regarder, la mousse de l'eau de vaisselle fait apparaître le contour d'un arbre, et dessine deux visages, tout droit sortis des contes.

Tiens, tiens ! Voilà qui donne envie d'aller plus loin...

Virtuose travail que celui d'Alessandro Lumare, qui en une série de photographies de poêles, cocottes et casseroles sur fond blanc et un peu de liquide vaisselle, écrit et illustre un conte des plus ensorcelants. Comme parfois les nuages dans le ciel, la mousse au fond des casseroles dessine des personnages merveilleux et des décors inquiétants, atteignant parfois une épure incroyablement évocatrice, telle cette trainée liquide qui glisse sur la poêle comme la chaude larme d'une enfant prisonnière, loin de ses parents. Chaque photographie assortie d'un texte très court qui invite à la regarder davantage...

Rarement une si grande économie de moyens aura eu une telle puissance narrative.

Tout simplement épatant !

 

aufonddesbois debut

 

 

Au fond des bois, Alessandro Lumare

L'atelier du poisson soluble, 2015

Posté par indienagawika à 06:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Au fond des bois

    intéressant. Pas sûr qu'il fasse mouche mais le procédé à le mérite d'être très original

    Posté par Bidib, 21 juin 2015 à 09:29 | | Répondre
    • Les papooses (comme moi) d'habitude adorent les belles illustrations soignées, et je craignais comme toi que ce dépouillement graphique les rebute... Bien au contraire, cet album convoque l'imaginaire et fonctionne du tonnerre !

      Posté par indienagawika, 23 juin 2015 à 10:39 | | Répondre
Nouveau commentaire