06 mars 2016

Le bonhomme de neige

le bonhomme de neige

 

Qu'est ce qui rend un album intemporel ?

Est ce sa beauté intrinsèque ? La puissance de son imaginaire ? la pureté des émotions qu'il suscite ? Peut être faut-il un peu de tout cela à la fois.

Le bonhomme de neige a enchanté mon enfance . Ses images se sont mêlées à mes souvenirs et les jours de neige me font redevenir enfant, comme dans ces matins blancs et un peu irréels, où les danses sous les flocons et les bonshommes de neige appartiennent à la fois à mon vécu et à mon imaginaire. Bien des années plus tard, je me replonge avec délice dans cet album si poétique et puissant. Comme avec Max et les Maximonstres, ou Crictor, la magie reste intacte, et je le lis et le relis à mes papooses qui s'en émerveillent elles aussi.

Aucun texte, narration en petites vignettes comme une bande dessinée silencieuse. Magie d'un matin de neige, un petit garçon s'habille à toute vitesse et se précipite dehors. Sous les flocons, il fait une belle boule de neige, qu'il fait rouler, puis fixe au sol et agrandit, ajoutant de la neige sur son beau tronc plus haut que lui à présent. Après un rapide petit déjeuner au chaud pour reprendre des forces, il retourne à sa sculpture. Il doit se hisser sur un tabouret pour placer une grosse boule comme une tête sur l'immense corps de neige qu'il a fabriqué. Il faut maintenant lui donner un visage et quelques accessoires. Je revois chaque image et je pourrais fermer les yeux tant elles sont imprimées dans mes souvenirs. Un vieux chapeau et une écharpe, la clémentine pour le nez et des morceaux de charbons pour les yeux et les boutons. Un travail d'une journée. C'est à la nuit tombée, au moment d'aller se coucher, que sous les yeux ravis du petit Pygmalion en pyjama, le bonhomme de neige prend vie…

Il y a de la magie dans cette aventure nocturne secrète. Raymond Briggs dessine au coeur de l'enfance, au plus profond du jeu et de l'imagination. Les adultes sont là sans être vraiment là. Présences distantes et bienveillantes un peu effacées, endormis dans leur lit ou attablés au petit déjeuner. C'est cette relative absence qui permet à l'aventure de se vivre avec toute cette intensité. On rit de toutes ces petites choses cocasses de la vie d'un homme de neige dans une maison moderne, on rêve … et on pleure.

Car comme la neige, le rêve est éphémère.

Je ne peux relire cette histoire sans que remonte du fond de mes souvenirs (d'enfance, toujours), ce joli poème de Prévert1 :

« Dans la nuit de l'hiver galope un grand homme blanc

C'est un bonhomme de neige avec une pipe en bois

Un grand bonhomme de neige poursuivi par le froid.

[…]

Et d'un coup disparaît

Ne laissant que sa pipe au milieu d'une flaque d'eau

Ne laissant que sa pipe et puis son vieux chapeau »

 

 Quant au Bonhomme de neige, nul doute qu'il est parti pour émerveiller encore des générations d'enfants. Il a été réédité cet hiver chez Grasset Jeunesse.

1Chanson pour les enfants l'hiver, Jacques Prévert

 

IMG_0148(1)

 

Le bonhomme de neige, Raymond Briggs

Grasset Jeunesse. 1978. 1998. 2011. 2015...

 

 

Posté par indienagawika à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur Le bonhomme de neige

    Une bonne idée cadeau pour les petits... et plus grands nostalgiques

    Posté par Ode 30, 08 mars 2016 à 17:19 | | Répondre
  • ce qui la rend spéciale, cette histoire, tu l'as écrit toi-même : elle a enchanté ton enfance

    les souvenirs de lecture (et ça marche avec la musique aussi, je pense), c'est comme une petite madeleine de Proust. J'ai retrouvé récemment des bouquins dans mon grenier, que j'adorais étant petite, et ils sont spéciaux à mes yeux, et magiques ...

    Posté par Christelle, 08 mars 2016 à 20:53 | | Répondre
  • Je n'ai connu cet album qu'une fois adulte mais moi aussi je le trouve magnifique.
    Et, une fois n'est pas coutume, j'aime autant son adaptation en film d'animation.
    https://www.youtube.com/watch?v=3dYQNAl48E0

    Posté par Virginie, 14 mars 2016 à 22:15 | | Répondre
Nouveau commentaire